Oméga 3 et pathologies cardiaques : au mieux inutiles

Selon cet article paru dans The Journal of American Medicine Association, la consommation de compléments alimentaires à base d’oméga 3 ne seraient d’aucune utilité en prévention secondaire pour les patients présentant déjà une ou des pathologies cardiaques. Au contraire, leur consommation augmenterait chez eux le risque de fibrillation auriculaire.
L’étude randomisée, en double aveugle, contre placebo, a inclus plus de 13 078 patients issus de 75 centres hospitaliers à travers le monde, qui ont reçu soit 4 grammes d’oméga 3 par jour soit 4 grammes d’huile de maïs.
Les premiers résultats ne montrant aucune diminution de la fréquence de survenue d’infarctus du myocarde, d’accident vasculaire cérébral, d’angine de poitrine instable ou des décès, l’essai a été arrêté.
Ces résultats ont de plus mis en évidence une augmentation du risque de survenue de fibrillation auriculaire chez les patients du groupe “Oméga 3”.
Les auteurs concluent pour l’instant que leurs travaux n’apportent des certitudes que pour les patients avec pathologies cardiaques pré-existantes et qu’il faudra d’autres essais randomisés avec d’autres types de population pour conclure définitivement à l’inutilité, ou pas, des oméga 3 dans la prévention des maladies cardiovasculaires.
Source (en anglais)