Garder les reins solides

Dans le monde du travail, plus de deux salariés sur trois sont touchés au cours de leur carrière. Ainsi, les lombalgies représentent 20 % des accidents du travail (AT), 7 % des maladies professionnelles (MP) et sont la troisième cause d’admission en invalidité. Chaque année, environ 12 millions de journées de travail sont perdues et les lombalgies représentent pour la branche AT-MP plus d’un milliard d’euros par an. Cette prévalence s’explique par la multiplicité des facteurs de risque qui couvrent tous les métiers.
Comment le travail nous casse-t-il le dos ? De quelle manière prévenir l’apparition de ces douleurs ?
La revue Travail & Sécurité de l’Inrs vient de mettre en ligne un dossier complet sur les lombalgies qui fait le tour de la question.
En savoir plus
Même si les ceintures lombaires sont inefficaces pour prévenir un premier épisode de lombalgie, l’avancement des connaissances soutient leur utilisation chez les salariés souffrant déjà de cette pathologie.
Les canadiens de l’Irsst se sont donc intéressés aux effets psychologiques et biomécaniques du port des ceintures lombaires chez des salariés lombalgiques.
Les auteurs concluent que dans la perspective où un retour au travail tardif risque de nuire à la condition de santé des travailleurs, l’option du port de la ceinture lombaire peut potentiellement être avantageuse, car elle pourrait permettre, lors du retour progressif au travail, d’apporter un soutien psychologique afin de rassurer les salariés.
En savoir plus