Peut-on tout dire sur son lieu de travail ?

A cette complexe question, la Cour de Cassation vient de répondre dans un récent arrêt que le salarié dispose de sa liberté d’expression au sein de l’entreprise tant qu’il n’y a pas abus provenant de propos injurieux, diffamatoires ou excessifs.
En l’espèce, une entreprise avait licencié un cadre commercial pour faute grave car en réponse à des collègues, il avait tenu des propos tels que “concernant ma demande je ne vous parle pas d’urgence, je vous demande une réponse dans les meilleurs délais“, “le premier bon à tirer n’est ni fait ni à faire“, ou “crois-tu que je puisse traiter ce genre de mails ?“.
La Cour d’appel a estimé que l’envoi de ces e-mails ne constituait pas une faute grave car leurs contenus n’étaient pas excessifs et n’empêchaient donc pas le salarié de rester dans l’entreprise. Elle a cependant établi qu’ils constituaient une cause réelle et sérieuse de licenciement.
La Cour de cassation n’a pas été de cet avis et a estimé que s’il n’y a pas abus provenant de propos injurieux, diffamatoires ou excessifs, le salarié dispose de sa liberté d’expression au sein de l’entreprise. Son licenciement était donc sans cause réelle et sérieuse.
Lire l’arrêt