Covid-19 : un virus sexiste ?

Les dernières études ont montré qu’environ 60 % des décès par Covid-19 surviennent chez des hommes et que le risque de décès est supérieur de 59 % chez les hommes par rapport aux femmes
Selon cet article publié dans Nature, les réponses immunitaires au SARS-CoV-2 diffèrent considérablement entre hommes et femmes et ces différences d’ordre immunologique pourraient expliquer le fait que la maladie est plus sévère chez les hommes que chez les femmes.
L’étude a mesuré les taux de 71 cytokines et chimiokines dans le plasma des participants séparés en 2 cohortes (respectivement 39 patients, 17 hommes et 22 femmes, et 98 patients, 51 femmes et 47 hommes) et un groupe témoin (64 patients, 45 femmes, 19 hommes).
Elle a mis en évidence que les hommes produisent plus d’interleukine-8 et d’interleukine-18, ce qui entraîne un taux plus important de globules blancs appelés monocytes non classiques, jouant un rôle dans la réponse inflammatoire. Par ailleurs, des taux de chimiokine CCL5 ont été trouvés significativement plus élevés chez les hommes que chez les femmes au cours de l’évolution de la maladie.
À l’inverse, les femmes développent une réponse immunitaire cellulaire plus solide en produisant dès le début de la maladie plus de lymphocytes T activés et de lymphocytes T CD8+ (cellules tueuses), que les hommes.
L’étude a également montré qu’une réponse lymphocytaire T de faible ampleur est associée avec une aggravation ultérieure de la Covid-19 et qu’elle diminue chez les hommes avec l’âge.
Les auteurs concluent que ces résultats devraient inciter à tenir compte du sexe en termes de pronostic et de traitement des patients atteints de la Covid-19.
Source (en anglais)