La pollution est responsable d'un décès sur huit

Selon le rapport que vient de publier l’Agence européenne de l’Environnement, 13 % des morts en Europe, soit 630 000 en 2016, sont directement ou directement imputables à la pollution atmosphérique et sonore.
Le rapport pointe d’importantes disparités entre l’ouest et l’est de l’Europe et aussi avec le niveau socio-économique des différents états. Parmi les pays les plus touchés on retrouve en tête l’Albanie et la Bosnie-Herzégovine (27 %), alors que la mortalité plus faible est retrouvée en Islande et en Suède (9 %). La France se retrouvant en 7e position derrière le Luxembourg.
La quasi-totalité de ces morts est liée à des cancers, des maladies cardio-vasculaires et respiratoires.
En ce qui concerne l’incidence de la Covid-19 sur les communautés, les premiers éléments de preuve suggèrent que la pollution atmosphérique et la pauvreté pourraient entraîner des taux de mortalité plus élevés.
Point positif toutefois pour l’Agence : la qualité de l’eau. Elle est considérée comme “Excellente” dans plus de 85 % des cas pour les eaux de baignade et d’un “Bon statut chimique” pour 74 % en ce qui concerne l’eau potable.
En savoir plus
Télécharger le rapport (en anglais)