Semaine européenne de la vaccination du 24 au 30 avril 2019

La 13e Semaine Européenne de la Vaccination (SEV) se déroulera du 24 au 30 avril prochain. Cet événement est un moment important pour rappeler que la vaccination est un enjeu majeur de santé publique.
Cette Semaine Européenne de la Vaccination sera également l’occasion d’observer des premiers résultats encourageants des 11 vaccinations obligatoires du petit enfant. La couverture vaccinale des nouveau-nés progresse, de même que les perceptions positives de leurs parents sur les bénéfices des vaccins.
En savoir plus

La trousse de secours

L’article R4224-14 du Code du travail stipule que les lieux de travail doivent obligatoirement être équipés d’une trousse de premiers secours adaptée à la nature des risques de l’entreprise et facilement accessible.
Mais quelle doit être la composition exacte de la trousse de secours ?
Peut-on la doter en médicaments ?
Pour répondre à ces questions et bien d’autres, l’INRS propose un guide pratique sur la trousse de secours.
Télécharger le guide

Mise en place du CSE dans les entreprises de – de 50 salariés

Le réseau Anact-Aract vient de publier un guide pratique destiné aux employeurs et futurs membres du CSE des entreprises de moins de 50 salariés pour mettre en place le CSE (Conseil social et économique), animer l’instance et en faire un véritable levier d’amélioration conditions de travail.
En savoir plus (vidéo)
Télécharger le guide

Le vaccin contre la rougeole est-il indispensable ?

On entend souvent dire que le vaccin contre la rougeole n’est pas indispensable. Qu’en est-il réellement ? Allons voir les chiffres.
Les Data Science déconstruisent les Fake news et autres idées reçues en donnant les chiffres à voir, au pixel près.
Voir la vidéo

Deux ans pour réduire l’exposition à certains produits CMR

Pour renforcer la protection des travailleurs contre les risques pour leur santé résultant d’une exposition à des agents cancérigènes ou mutagènes, la directive européenne 2019/130, s’appuyant sur les avis du Comité scientifique en matière de limites d’exposition professionnelle à des agents chimiques et du Comité consultatif pour la sécurité et la santé sur le lieu du travail, révise certaines valeurs d’exposition et en prévoit pour de nouvelles substances.
La directive devra être transposée en droit français d’ici à 2021. Cependant, les entreprises utilisant une ou plusieurs des substances mentionnées dans la directive 2019/130 peuvent déjà se préparer à réduire l’exposition de leurs salariés en mettant en œuvre les principes généraux de prévention appliqué au risque CMR.
En savoir plus

Les cancers professionnels coûtent 1,2 milliard d’euros aux entreprises

Dans un nouveau rapport sur les cancers reconnus d’origine professionnelle, l’Assurance Maladie – Risques professionnels fait un état des lieux des cancers professionnels et détaille les actions et les aides qu’elle propose aux entreprises pour prévenir ce risque.
En moyenne, 1 840 cancers d’origine professionnelle sont reconnus chaque année par l’Assurance Maladie – Risques professionnels, et concernent majoritairement des retraités issus de la classe ouvrière. Parmi les cas reconnus, ce sont les cas liés à l’amiante qui restent prépondérants malgré leur baisse continue depuis quelques années Cependant, la part des autres cancers liés notamment aux poussières de bois et benzène est en augmentation.
Les entreprises les plus concernées par le risque de cancers professionnels ont plus de 250 salariés (53 %) et font partie des secteurs de la métallurgie, du BTP, de l’industrie chimique et des métiers du bois.
Télécharger le rapport

Amiante : le préjudice d’anxiété reconnu pour tous

Dans un arrêt récent, la Cour de cassation vient de reconnaître qu’un salarié qui justifie d’une exposition à l’amiante générant un risque élevé de développer une pathologie grave peut être admis à agir contre son employeur, sur le fondement des règles de droit commun régissant l’obligation de sécurité de ce dernier, quand bien même il n’aurait pas travaillé dans l’un des établissements mentionnés à l’article 41 de la Loi du 23 décembre 1998 modifiée.
En savoir plus

Un outil en ligne pour aider les travailleurs de nuit à mieux gérer leur sommeil

Développé par l’IRSST et accessible gratuitement en ligne, “Mieux vivre le travail de nuit” s’adresse à toutes les salariés qui doivent travailler la nuit, de façon occasionnelle ou régulière.
Basé sur des connaissances scientifiques plutôt que sur des opinions comme c’est souvent le cas sur Internet, cet outil propose également plusieurs ressources et références qui permettront à ceux qui le désirent d’aller plus loin“, indique Marie Dumont, qui est professeure au Département de psychiatrie et d’addictologie de la Faculté de médecine de l’Université de Montréal et qui est l’auteur de cet outil en ligne.
Il comprend quatre modules que chacun peut parcourir à son rythme :
        – Le premier module permet d’évaluer l’effet du travail de nuit sur le salarié.
        – Le deuxième module lui apprend à connaître son cycle du sommeil.
        – Le troisième module l’aide à mettre en évidence les obstacles à un bon sommeil.
        – Le quatrième et dernier module lui permet de choisir ses stratégies pour mieux vivre le travail de nuit.
En savoir plus

Le guide “Acheter silencieux”

Résultat d’une coopération au niveau européen, ce guide pédagogique mis en ligne par le Ministère du travail, a été élaboré et traduit en sept langues par les membres du Groupe de coopération administrative pour la directive Machines (ADCO Machines).
Il a pour but de fournir aux responsables des conseils pour mieux intégrer le facteur bruit lors de l’achat de machines industrielles.
Pour mémoire, l’exposition prolongée au bruit des machines est la principale cause de troubles de l’audition d’origine professionnelle mais également un facteur de fatigue, de stress et d’accidents.
Télécharger le guide

Cancers : l’INCA publie ses chiffres 2019

L’Institut National du Cancer (Inca) vient de publier la brochure “L’essentiel des faits et chiffres”, édition 2019.
Dans cette nouvelle édition, un focus est fait sur deux priorités émergentes : les cancers de mauvais pronostic et le poids des facteurs de risque de cancer.
La survie d’une majorité de cancers (sein, prostate, côlon, rectum, mélanome cutané, etc.) s’est globalement améliorée ces dernières années mais ces taux  restent malheureusement stables pour les cancers de mauvais pronostic comme ceux du poumon, du pancréas, de l’ovaire ou du système nerveux central.
En matière de facteurs de risque modifiables une inégalité forte s’observe entre hommes et femmes. Chez les hommes, le tabac (29 %), l’alcool (8,5 %), l’alimentation et les expositions professionnelles apparaissent comme les causes majeures. En revanche, chez les femmes, après le tabac (9,3 %) et l’alcool (7,5 %), c’est le surpoids et l’obésité qui arrive en 3e position. Selon les résultats de cette étude, 142 000 nouveaux cas de cancers seraient attribuables à des facteurs de risque modifiables.
En savoir plus

Vous quittez le site de l'ISTF.

Merci de votre visite. Notre site propose des liens vers d'autres sites ou organisations afin d'approfondir votre information. Ces liens figurent à titre informatif et le contenu des sites liés n'engage en rien l'ISTF. En quittant notre site, vous serez soumis aux conditions d'utilisation respectives de chacun des sites.

Vous allez être redirigé vers

Cliquez sur le lien ce-dessus pour accepter, ou Annulez