Bruit et risque d’obésité

Selon les conclusions de cette étude publiée dans la revue Environment International, l’’exposition continue à la pollution sonore est un problème de santé publique répandu et plus grave qu’on ne le pensait auparavant : le bruit génère du stress et affecte notre sommeil, il modifie les niveaux d’hormones et augmente la pression artérielle et toutes ces perturbations du sommeil dérèglent, entre autres, le métabolisme du glucose et modifient l’appétit. A long terme, ces effets pourraient provoquer des altérations physiologiques chroniques qui mèneraient au diabète et l’obésité.
L’étude a été menée sur 3 796 adultes participant à la cohorte suisse SAPALDIA et ayant participé à au moins 2 visites d’évaluation et de suivi entre 2001 et 2011.
Pour mémoire, une publication récente avaient déjà fait le lien entre bruit et risque de crise cardiaque.
Source (en anglais)

Vous quittez le site de l'ISTF.

Merci de votre visite. Notre site propose des liens vers d'autres sites ou organisations afin d'approfondir votre information. Ces liens figurent à titre informatif et le contenu des sites liés n'engage en rien l'ISTF. En quittant notre site, vous serez soumis aux conditions d'utilisation respectives de chacun des sites.

Vous allez être redirigé vers

Cliquez sur le lien ce-dessus pour accepter, ou Annulez