La trousse de secours

L’article R4224-14 du Code du travail stipule que les lieux de travail doivent obligatoirement être équipés d’une trousse de premiers secours adaptée à la nature des risques de l’entreprise et facilement accessible.
Mais quelle doit être la composition exacte de la trousse de secours ?
Peut-on la doter en médicaments ?
Pour répondre à ces questions et bien d’autres, l’INRS propose un guide pratique sur la trousse de secours.
Télécharger le guide

Mise en place du CSE dans les entreprises de – de 50 salariés

Le réseau Anact-Aract vient de publier un guide pratique destiné aux employeurs et futurs membres du CSE des entreprises de moins de 50 salariés pour mettre en place le CSE (Conseil social et économique), animer l’instance et en faire un véritable levier d’amélioration conditions de travail.
En savoir plus (vidéo)
Télécharger le guide

Concilier grossesse et travail

L’Anact- Aract vient de mettre en ligne une brochure dont le but est d’être un guide de bonne pratique visant à concilier grossesse harmonieuse avec travail.
Il propose des repères et des recommandations et répond aux questions pratiques qui se posent aux acteurs des entreprises, comme par exemple :
        – Quels sont les risques liés à la grossesse au travail ?
        – Qui et comment informer dans l’entreprise ?
        – Quelles bonnes pratiques en matière de prévention, de management, d’aménagement de postes et des horaires ?
        – Comment sortir des actions prises en urgence pour favoriser le maintien en emploi d’une femme enceinte ?
En France, la grande majorité des femmes travaille pendant leur grossesse et en 2015, plus de 580 000 enfants sont ainsi nés de mères actives.
Télécharger la brochure

Plan santé au travail 2016-2020 : bilan à mi-parcours

Piloté par le Conseil national d’orientation des conditions de travail, le troisième plan pluriannuel santé au travail (PST), dont la mise en œuvre s’étalera de 2016 et 2020, vise à renforcer la prévention autour d’enjeux majeurs.
La mise en œuvre de ce PST se traduit par la mise à disposition d’outils et d’accompagnements pour les entreprises.
Il a déjà permis de faire prendre conscience à un plus grand nombre d’acteurs des enjeux de la santé au travail.
Télécharger le bilan

Le bonheur au travail génère de la performance

Nombreuses sont les études qui montrent que les individus malheureux au travail deviennent agressifs, apeurés ou apathiques, ce qui diminue d’autant leurs capacités cognitives et leurs compétences. La majorité des entreprises qui se préoccupent du bonheur au travail de leurs salariés ont de meilleures performances.
Pour s’inscrire dans cette démarche, l’entreprise doit écouter ses collaborateurs (baromètres et enquêtes), impulser une dynamique (évènements marquants), ancrer la transformation (en faisant émerger des “passeurs” désireux d’agir dans ce domaine).
Source : Entreprise et Carrières, n°1409








Rester assis tue : levez-vous et bougez !

Cette récente étude, parue dans l’American Journal of Epidemiology, montre qu’il ne faut pas seulement augmenter son temps d’activité physique, mais aussi réduire le temps où l’on est assis pour diminuer son risque de mort prématurée.
L’étude qui a suivi 8 000 volontaires américains âgés de plus de 45 ans, conclut que chaque trente minutes de sédentarité remplacées par une activité physique d’intensité légère réduit le risque de décès de 17 %, et de 35 % s’il s’agit d’une activité physique d’intensité modérée à vigoureuse : il vaut mieux bouger que juste se lever, car plus les mouvements sont intenses, plus ils sont protecteurs pour la santé.
Source (en anglais)

Les inégalités entre les hommes et les femmes persistent en matière de sinistralité

L’Anact actualise chaque année une analyse des accidents du travail, de trajet et des maladies professionnelles pour les femmes et pour les hommes, réalisée à partir des données de sinistralité de la Cnam. Cette étude quantitative met en lumière l’évolution sur 15 ans (entre 2001 et 2016) des écarts entre les femmes et les hommes en matière de santé au travail en France.
La baisse globale des accidents du travail depuis 2001 masque ainsi la progression des accidents du travail pour les femmes. Par ailleurs, les accidents de trajet, en baisse pour les hommes depuis 2001, sont en hausse pour les femmes. Et si la progression des maladies professionnelles concerne tant les femmes que les hommes, elle est deux fois plus rapide pour les femmes depuis 2001.
En savoir plus

Les accidents du travail en baisse, sauf pour l’intérim et l’aide à la personne

Ce sont les conclusions de l’Assurance Maladie – Risques Professionnels qui vient de récemment publier son bilan de l’année 2017 lié aux accidents du travail.
Hasard du calendrier, une étude de l’Insee vient également d’être mise en ligne sur les accidents du travail et leurs conséquences en France. Elle relève que 26 % des salariés ont subi au moins un accident du travail depuis le début de leur carrière et que 5 % des salariés ayant déjà travaillés ont subi un accident du travail au cours des 12 derniers mois.
Télécharger le bilan de l’Assurance Maladie
Consulter l’étude de l’INSEE

Les ouvriers intérimaires sont plus exposés aux risques professionnels

Les ouvriers intérimaires sont plus exposés aux risques professionnels que l’ensemble des ouvriers, révèle une nouvelle étude de la Dares qui vient de paraître. Les ouvriers intérimaires sont très fortement exposés à des contraintes physiques dans leur travail (manipulation de charges lourdes, travail répétitif, vibrations) mais aussi au risque chimique (prévention des risques insuffisante) mais moins aux produits CMR du fait de la législation. Toutefois lorsque les salariés intérimaires sont exposés à ces produits ils ne disposent d’une double protection (individuelle et collective) que dans 18 % des cas (contre 28 % pour l’ensemble des ouvriers).
Télécharger l’étude de la Dares

2 nouveaux logiciels pour prévenir les risques dans l’hôtellerie et la restauration

Les professionnels de l’hôtellerie et de la restauration ont plus de risques d’être victimes d’un accident du travail que la moyenne des autres salariés. Les chutes, glissades et manutentions manuelles comptent parmi les principales causes d’accidents. Pour accompagner ces professionnels dans une démarche de prévention des risques, l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) et l’Assurance Maladie – Risques professionnels, en collaboration avec les organisations professionnelles et CCI France, ont conçu deux nouveaux outils :
OIRA « Hôtels Cafés Restaurants »
MAVImplant « Hôtels Cafés Restaurants »

Vous quittez le site de l'ISTF.

Merci de votre visite. Notre site propose des liens vers d'autres sites ou organisations afin d'approfondir votre information. Ces liens figurent à titre informatif et le contenu des sites liés n'engage en rien l'ISTF. En quittant notre site, vous serez soumis aux conditions d'utilisation respectives de chacun des sites.

Vous allez être redirigé vers

Cliquez sur le lien ce-dessus pour accepter, ou Annulez