Deux ans pour réduire l’exposition à certains produits CMR

Pour renforcer la protection des travailleurs contre les risques pour leur santé résultant d’une exposition à des agents cancérigènes ou mutagènes, la directive européenne 2019/130, s’appuyant sur les avis du Comité scientifique en matière de limites d’exposition professionnelle à des agents chimiques et du Comité consultatif pour la sécurité et la santé sur le lieu du travail, révise certaines valeurs d’exposition et en prévoit pour de nouvelles substances.
La directive devra être transposée en droit français d’ici à 2021. Cependant, les entreprises utilisant une ou plusieurs des substances mentionnées dans la directive 2019/130 peuvent déjà se préparer à réduire l’exposition de leurs salariés en mettant en œuvre les principes généraux de prévention appliqué au risque CMR.
En savoir plus

Les cancers professionnels coûtent 1,2 milliard d’euros aux entreprises

Dans un nouveau rapport sur les cancers reconnus d’origine professionnelle, l’Assurance Maladie – Risques professionnels fait un état des lieux des cancers professionnels et détaille les actions et les aides qu’elle propose aux entreprises pour prévenir ce risque.
En moyenne, 1 840 cancers d’origine professionnelle sont reconnus chaque année par l’Assurance Maladie – Risques professionnels, et concernent majoritairement des retraités issus de la classe ouvrière. Parmi les cas reconnus, ce sont les cas liés à l’amiante qui restent prépondérants malgré leur baisse continue depuis quelques années Cependant, la part des autres cancers liés notamment aux poussières de bois et benzène est en augmentation.
Les entreprises les plus concernées par le risque de cancers professionnels ont plus de 250 salariés (53 %) et font partie des secteurs de la métallurgie, du BTP, de l’industrie chimique et des métiers du bois.
Télécharger le rapport

Amiante : le préjudice d’anxiété reconnu pour tous

Dans un arrêt récent, la Cour de cassation vient de reconnaître qu’un salarié qui justifie d’une exposition à l’amiante générant un risque élevé de développer une pathologie grave peut être admis à agir contre son employeur, sur le fondement des règles de droit commun régissant l’obligation de sécurité de ce dernier, quand bien même il n’aurait pas travaillé dans l’un des établissements mentionnés à l’article 41 de la Loi du 23 décembre 1998 modifiée.
En savoir plus

Concilier grossesse et travail

L’Anact- Aract vient de mettre en ligne une brochure dont le but est d’être un guide de bonne pratique visant à concilier grossesse harmonieuse avec travail.
Il propose des repères et des recommandations et répond aux questions pratiques qui se posent aux acteurs des entreprises, comme par exemple :
        – Quels sont les risques liés à la grossesse au travail ?
        – Qui et comment informer dans l’entreprise ?
        – Quelles bonnes pratiques en matière de prévention, de management, d’aménagement de postes et des horaires ?
        – Comment sortir des actions prises en urgence pour favoriser le maintien en emploi d’une femme enceinte ?
En France, la grande majorité des femmes travaille pendant leur grossesse et en 2015, plus de 580 000 enfants sont ainsi nés de mères actives.
Télécharger la brochure

Mise à jour de MiXie France

En milieu professionnel, rares sont les situations où les travailleurs ne sont exposés qu’à une seule substance. Dans un contexte de multi-expositions, MiXie France, outil simple et facile à utiliser, vous permet d’évaluer le potentiel additif ou non de substances chimiques, à partir de données de mesures atmosphériques.
Ce logiciel en ligne a été développé initialement par l’Université de Montréal et l’IRSST. L’INRS a adapté la base de données des substances contenues dans MIXIE au contexte réglementaire français des VLEP. Seules les informations toxicologiques des substances dont la valeur limite québécoise diffère fortement de la VLEP française ont été révisées par l’INRS.
En savoir plus

Evrp : une vidéo pour l’utilisation d’OiRA par les coiffeurs

L’EU-OSHA s’est associée aux partenaires sociaux sectoriels de l’UE coiffure et UniEuropa pour produire une nouvelle vidéo montrant comment réduire les risques pour la sécurité et la santé au travail avec l’aide d’OiRA, l’outil interactif d’évaluation des risques en ligne.
Les professionnels de la coiffure sont exposés à divers risques, tels les TMS et les problèmes de peau dus au travail humide et à la manipulation de produits cosmétiques. L’outil OiRA offre des solutions gratuites et faciles à mettre en œuvre pour gérer les menaces pesant au quotidien sur la santé des personnes au travail.
Voir la vidéo

Toujours et encore du bisphénol A dans les tickets de caisse

Normalement banni des tickets de caisse et des contenants alimentaires depuis le 1er janvier 2015, cette étude parue dans la revue Environmental Research montre qu’en France plus de 50 % d’entre eux contiennent toujours et encore du bisphénol A (BPA).
Les auteurs recommandent donc d’éviter le contact des tickets avec les aliments, de ne pas les froisser machinalement pour les jeter à la poubelle ou de s’en servir pour écrire des pense-bêtes.
Pour mémoire le bisphénol A fait partie (tout comme le bisphénol S qui le remplace en France) de la famille des perturbateurs endocriniens connus pour être responsables de troubles de la reproduction, d’obésité, de diabète, de dysfonctionnements thyroïdiens et de malformations génito-urinaires.
Source (en anglais)

Sous-reconnaissance importante des cancers professionnels en Europe

Le rapport d’Eurogip qui vient d’être publié présente une analyse de la reconnaissance des cancers professionnels dans neuf pays européens (Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Finlande, France, Italie, Suède et Suisse).
Il examine également les dispositifs de repérage des cancers professionnels notamment à travers la surveillance de la santé des salariés ayant été exposées à des agents cancérigènes au cours de leurs activités professionnelles passées.
Le rapport souligne qu’entre 2005 et 2016 peu de progrès ont été accomplis et que La sous-reconnaissance des cancers professionnels restant importante, elle constitue un frein considérable à la prévention. Il est à noter que seules l’Allemagne et l’Autriche enregistrent des progrès réels sur cette période de douze ans.
Télécharger le rapport

Les cosmétiques sont un cocktail toxique pour les hormones féminines

C’est la conclusion de cet article paru dans la revue Environment International qui révèle de nouveaux liens entre les produits chimiques (bisphénol A, chlorophénols, benzophénones, parabènes) utilisés dans les produits cosmétiques et la modification des niveaux des hormones sexuelles féminines.
L’étude, qui a analysé 509 échantillons d’urine de 143 femmes âgées de 18 à 44 ans, exemptes de maladies chroniques et ne prenant pas de contraceptifs oraux, tout au long du cycle menstruel, montre que même une faible exposition à des combinaisons de produits chimiques peut modifier les niveaux d’hormones circulantes. Ces modifications ont été associés à plusieurs effets indésirables sur la santé, maintenant bien documentés, dont un risque accru de cancer du sein et de maladies cardiovasculaires.
Les auteurs concluent à l’importance pour les femmes, plus exposées avec l’utilisation plus élevée de produits de beauté et de soins, d’être très vigilantes quant aux produits chimiques présents dans ces produits ou de limiter leurs exposition.
Source (en anglais)

Cancer : 10 millions de morts en 2018

C’est, selon les estimations publiées par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) et publiées dans CA: A Cancer Journal for Clinicians, le nombre de décès en relation avec 35 différents types de cancer attendu en 2018.
Certains cancers voient leur incidence diminuer, comme le cancer du poumon chez les hommes en Europe du Nord et en Amérique du Nord ou le cancer du col de l’utérus partout sauf en Afrique subsaharienne. Toutefois, la plupart des pays connaissent une hausse en valeur absolue du nombre de cas diagnostiqués et à traiter.
En savoir plus (en français)
Source (en anglais)

Vous quittez le site de l'ISTF.

Merci de votre visite. Notre site propose des liens vers d'autres sites ou organisations afin d'approfondir votre information. Ces liens figurent à titre informatif et le contenu des sites liés n'engage en rien l'ISTF. En quittant notre site, vous serez soumis aux conditions d'utilisation respectives de chacun des sites.

Vous allez être redirigé vers

Cliquez sur le lien ce-dessus pour accepter, ou Annulez