Le bien-être subjectif au travail et sa relation avec le soutien social perçu

Selon cet article paru dans la revue Archives des maladies professionnelles et de l’environnement, le bien-être au travail n’est pas seulement dû l’absence de stress, il dépend principalement de la présence de situations positives. Celles-ci semblent influer plus fortement sur le bien-être subjectif au travail que la présence ou l’absence de situations stressantes.
L’étude qui a porté sur 4 185 salariés a mesuré leur perception de soutien social professionnel, leur perception de stress, leur satisfaction envers l’environnement de travail et leur perception de bien-être subjectif au travail.
Source (en français)

Vous quittez le site de l'ISTF.

Merci de votre visite. Notre site propose des liens vers d'autres sites ou organisations afin d'approfondir votre information. Ces liens figurent à titre informatif et le contenu des sites liés n'engage en rien l'ISTF. En quittant notre site, vous serez soumis aux conditions d'utilisation respectives de chacun des sites.

Vous allez être redirigé vers

Cliquez sur le lien ce-dessus pour accepter, ou Annulez