Le manque de sommeil pourrait abîmer notre ADN

Si l’on savait déjà que manquer de sommeil pouvait avoir des conséquences graves sur la santé (surpoids, risque accru d’accidents de la route, accident vasculaire cérébral, hypertension artérielle ou cancers), selon cette étude parue dans la revue Anaesthesia, la privation de sommeil pourrait aller jusqu’à abîmer notre ADN et modifier nos gènes.
L’étude a suivi pendant 4 mois 49 anesthésistes divisés en 2 groupes, le premier formé de ceux faisant au moins 3 gardes de nuit par mois et le second de ceux n’ayant pas d’obligation de travailler la nuit.
Les auteurs ont mis en évidence que ceux qui travaillaient la nuit présentaient plus de cassures dans leur ADN et que la réparation de celui-ci  s’avérait plus faible et plus lente. Par ailleurs ils ont également constaté qu’après une nuit passée sans dormir, l’ADN présentait déjà de nouvelles cassures, ce qui prouve que son endommagement apparaît rapidement et que chaque nuit passée sans dormir a un effet direct sur lui.
Source (en anglais)

Vous quittez le site de l'ISTF.

Merci de votre visite. Notre site propose des liens vers d'autres sites ou organisations afin d'approfondir votre information. Ces liens figurent à titre informatif et le contenu des sites liés n'engage en rien l'ISTF. En quittant notre site, vous serez soumis aux conditions d'utilisation respectives de chacun des sites.

Vous allez être redirigé vers

Cliquez sur le lien ce-dessus pour accepter, ou Annulez