Manque de sommeil et malbouffe, malbouffe et dépression

On savait déjà que le manque de sommeil nous encourageait à grignoter mais selon cette récente étude parue dans la revue en ligne bioRxiv, c’est vers les aliments gras et/ou sucrés que nous nous tournons de préférence : mal dormir pousse donc à mal manger.
Mais ce n’est pas tout, puisque cette autre étude, parue dans la revue Clinical Nutrition, semble elle faire le lien entre la malbouffe et l’augmentation du risque de dépression. L’explication tiendrait au fait que les régimes riches en cholestérol, en graisses saturées et en glucides entraîneraient une inflammation chronique du cerveau.
Source (en anglais)
Source (en anglais)

Vous quittez le site de l'ISTF.

Merci de votre visite. Notre site propose des liens vers d'autres sites ou organisations afin d'approfondir votre information. Ces liens figurent à titre informatif et le contenu des sites liés n'engage en rien l'ISTF. En quittant notre site, vous serez soumis aux conditions d'utilisation respectives de chacun des sites.

Vous allez être redirigé vers

Cliquez sur le lien ce-dessus pour accepter, ou Annulez