Travail de nuit des femmes et cancers

Cette méta-analyse parue dans la revue Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention vient confirmer que le travail de nuit augmente le risque de certains cancers chez les femmes. En s’appuyant sur 61 articles incluant 3 909 152 sujets européens, nord-américains, asiatiques et australiens, l’étude a mis en évidence chez les femmes travaillant la nuit un accroissement de 19 % du risque de cancer, tous types de cancers confondus mais aussi de 41 % pour certains cancers de la peau, 32 % pour le cancer du sein (mais seulement pour les femmes nord-américaines et européennes) et 18 % pour certains cancers digestifs. Les conclusions sont encore plus alarmantes chez les infirmières de nuit avec une augmentation de 58 % pour le cancer du sein, de 35 % pour les cancers digestifs et de 28 % pour celui du poumon.
Les auteurs ont également mis en évidence un effet “dose-dépendant” pour le risque de cancer du sein associé au travail de nuit avec une augmentation de 3,3 % pour chaque “tranche” de 5 années de travail de nuit.
Source (en anglais)
En savoir plus (en français)

Vous quittez le site de l'ISTF.

Merci de votre visite. Notre site propose des liens vers d'autres sites ou organisations afin d'approfondir votre information. Ces liens figurent à titre informatif et le contenu des sites liés n'engage en rien l'ISTF. En quittant notre site, vous serez soumis aux conditions d'utilisation respectives de chacun des sites.

Vous allez être redirigé vers

Cliquez sur le lien ce-dessus pour accepter, ou Annulez