Travail de nuit : l’expression des gènes ne s’adapte pas au changement de l’horaire du sommeil

Selon cet article paru dans Proceedings of the National Academy of Sciences of the U.S.A, l’expression de gènes régulant d’importants processus physiologiques et comportementaux ne s’adapte pas aux modifications de l’horaire du sommeil et des repas, et, dans la plupart des cas, elle continue d’obéir à une horloge biologique dont les rythmes restent calés sur le jour.
Les auteurs concluent que les changements moléculaires observés pourraient contribuer à l’apparition de pathologies telles que le diabète, l’obésité et les maladies cardiovasculaires, qui sont plus fréquentes chez les travailleurs de nuit.
Source (en français)

Vous quittez le site de l'ISTF.

Merci de votre visite. Notre site propose des liens vers d'autres sites ou organisations afin d'approfondir votre information. Ces liens figurent à titre informatif et le contenu des sites liés n'engage en rien l'ISTF. En quittant notre site, vous serez soumis aux conditions d'utilisation respectives de chacun des sites.

Vous allez être redirigé vers

Cliquez sur le lien ce-dessus pour accepter, ou Annulez