5G : pas de risques nouveaux pour la santé (au vu des données disponibles)

Les évolutions technologiques et la multiplication des usages numériques modifient l’exposition de la population aux champs électromagnétiques dans le domaine des radiofréquences. Avec le déploiement de la 5G, de nouvelles bandes de fréquence sont (bande 3,5 GHz) ou seront prochainement exploitées (bande 26 GHz).
Dans la continuité de ses travaux d’expertise sur radiofréquences et santé, et sur la base des données scientifiques disponibles à ce jour, l’Anses estime peu probable que le déploiement de la 5G dans la bande de fréquences 3,5 GHz présente de nouveaux risques pour la santé. Pour la bande de fréquences 26 GHz, les données ne sont, à l’heure actuelle, pas suffisantes pour conclure à l’existence ou non d’effets sanitaires.
Les connaissances sur les liens entre expositions et effets sanitaires devant être renforcées, l’Anses souligne la nécessité de poursuivre les recherches et de suivre en particulier l’évolution de l’exposition des populations à mesure de l’évolution du parc d’antennes et de l’augmentation de l’utilisation des réseaux.
Au vu de l’intérêt sociétal pour le sujet et de la possible émergence rapide de nouvelles données en lien avec le déploiement actuel de la 5G, l’Agence vient de lancer le 20 avril 2021, et pour une durée de 6 semaines, une consultation publique afin de recueillir les commentaires éventuels de la communauté scientifiques et des parties prenantes intéressées. Un rapport et un avis complétés, le cas échéant, seront publiés après la prise en compte des commentaires reçus lors de cette consultation.
En savoir plus