Souffrance au travail : le syndrome de l'imposteur

“Cette fois, j’ai réussi mais ça ne sera pas le cas la prochaine fois.”
“Je ne mérite pas ce qui m’arrive.”
“Lorsque mes collègues découvriront qui je suis réellement, ils me tourneront le dos.”
Ces pensées négatives au travail, parfois banales ou banalisées, sont aussi susceptibles d’être le symptôme d’un problème en réalité plus profond, celui du syndrome de l’imposteur
Les personnes atteintes du syndrome de l’imposteur, appelé aussi syndrome de l’autodidacte, phénomène de l’imposteur, expérience de l’imposture, expriment une forme de doute maladif qui consiste essentiellement à nier la propriété de tout accomplissement personnel. Ces personnes rejettent donc plus ou moins systématiquement le mérite lié à leur travail et attribuent le succès de leurs entreprises à des éléments qui leur sont extérieurs (la chance, leurs relations, des circonstances particulières). Elles se perçoivent souvent comme des dupeurs-nés qui abusent leurs collègues, leurs amis, leurs supérieurs et s’attendent à être démasquées d’un jour à l’autre.
Selon Magalie Lochet Zajac, psychologue du travail, de nombreux salariés qui éprouvent un certain mal-être au travail ne se doutent pas qu’ils souffrent, en réalité, du syndrome de l’imposteur. Une situation de dénigrement de soi susceptible d’entraîner un véritable cercle vicieux et dont il est souvent, et sans aide extérieur, difficile de se sortir.
En savoir plus