Les chutes au travail

L’Assurance Maladie – Risques professionnels vient de publier son nouveau rapport “Enjeux & actions” qui porte sur les chutes de hauteur et de plain-pied.
Chaque année ce sont, en moyenne, 126 000 accidents du travail (AT) en lien avec une chute qui sont pris en charge par la branche AT/MP. Elles représentent 20 % des accidents du travail et engendrent des dépenses annuelles de plus de 1,1 milliard d’euros.
95 décès consécutifs à une chute ont été enregistrés en 2019, dont deux tiers sont imputables aux chutes de hauteur.
Les chutes de plain-pied (11 % de l’ensemble des AT) occasionnent 15 % des IP les plus graves, et celles de hauteur (5 % des AT), 10 % des IP les plus graves. Quant aux chutes d’escaliers, leur proportion est la même (4 %), que ce soit au sein de l’ensemble des AT ou au sein de l’ensemble des IP les plus graves.
D’une manière générale, les chutes, qu’elles soient de hauteur ou de plain-pied, entraînent des arrêts de travail plus longs (plus de 70 jours en moyenne) que d’autres types d’accidents
Le coût moyen d’un arrêt de travail lié à une chute est de 3 700 €, soit un tiers de plus que la moyenne constatée pour tous les accidents du travail.
Tous les secteurs sont concernés par les chutes, mais le secteur sanitaire et médico-social, l’intérim, le transport, la construction, les commerces de proximité et la restauration sont particulièrement touchés.
Afin de prévenir les risques de chutes, les entreprises de moins de 200 salariés peuvent bénéficier, auprès de leur caisse régionale (Carsat, Cramif, CGSS), d’un accompagnement spécifique si une convention nationale d’objectifs a été signée dans leur secteur d’activité.
Télécharger le rapport
Par ailleurs l’Inrs propose des ressources pour aider les entreprises à mieux prévenir les risques liés aux chutes de plain-pied.
En savoir plus